Zidane : « Je suis déçu car, avec le bon match que nous avons fait, nous méritions mieux. »

À l’issue du triste match nul du Real Madrid (0-0) à San Mamés, l’entraîneur madrilène s’est rendu en conférence de presse pour y répondre aux questions des journalistes.

 

 

Son analyse du match : « Je suis déçu car, avec le bon match que nous avons fait, nous méritions mieux. Nous savions que nous avions l’occasion de réduire l’écart. Nous méritions mieux. Nous avons bien joué et avons eu des occasions, mais le ballon n’est pas rentré. Je suis déçu car mes joueurs ont produit un grand effort. On ne peut plus rien y changer et devons continuer avec cette mentalité. »

« Le but est la chose la plus compliquée à faire et nous nous sommes procurés des occasions, mais le ballon n’a pas voulu rentrer. Nous devons continuer à regarder vers l’avant. Ce soir, comme lors du match face à l’Atlético, nous méritions mieux que l’adversaire. Avec un but à chacun de ces matchs, nous aurions quatre points de plus et tout serait différent. Réduire l’écart aurait été génial. Nous n’avons pas réussi à le faire ce soir mais je suis certain que nous aurons d’autres opportunités de réduire l’écart avec ceux devant nous. »

La panne offensive : « La solution pour marquer est de travaille face au but. Pour le moment, les choses ne se passent pas comme prévue face au but, surtout à l’extérieur lors des deux dernières rencontres. Nous allons continuer à travailler et penser que nous allons avoir d’autres opportunités durant la saison de réduire la distance. »

Trois équipes devant en Liga : « Nous avons trois équipes devant nous. C’est une réalité. Il reste encore six mois et, s’ils sont devant, c’est parce qu’ils le méritent. Nous sommes derrière eux, mais il reste encore beaucoup de temps. »

L’expulsion de Chendo : « Je ne sais pas ce qu’il a dit à l’arbitre. Il l’a expulsé, voilà tout. »

Toujours le même discours. Cela commence à devenir lassant. Malgré les mauvais résultats cette saison, Zidane s’entête dans ses choix surtout, son 4-4-2 adoré et ses changements tardifs. L’adage dit : « On ne change pas l’équipe qui gagne. » Par conséquent, on doit changer l’équipe qui ne gagne pas et vite, car on doit éviter des contre-performances à tout prix. Il serait grand temps de se remettre en cause et de rectifier le tir pendant qu’il en est encore temps.

L’arrivée d’un attaquant d’avenir ou d’expérience nous ferait du bien cet hiver car il faut vraiment du sang neuf en attaque, quelqu’un capable de soulager la Maison Blanche dans les moments difficiles quand Benzéma et Ronaldo n’y arrivent pas. Un Sanchez (Arsenal) ou un Icardi (Inter) ferait parfaitement l’affaire. Si l’argentin pourrait être réticent à l’approche de la Coupe du Monde, le chilien pourrait sauter sur l’occasion pour relancer sa carrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *